Historique des locaux

Article soumis, à l’origine, par Puma – rendons à Simone ce qui est à Christophe…

Si l’essentiel de la vie du Scout se passe à l’extérieur, il est des conditions atmosphériques qui rendent la chose totalement impossible. Pluie battante ou gel, dans de telles circonstances, on est mieux dedans que dehors et un local digne de ce nom s’impose si on désire une après-midi d’animation réussie.

De ce point de vue, on peut dire que la 35ème a plutôt été itinérante… toujours par obligation, jamais par choix…

Le tout premier local de la troupe Sainte-Renelde (dès 1971) fut aménagé dans une des annexes 35_local_Cure_1(aujourd’hui détruites) de la Cure de Saintes. Le matériel (malles et tentes) était alors stocké au premier étage du bâtiment principal.

Local étroit et sans trop de lumière, il y régnait une humidité fort peu agréable et c’est avec soulagement que les Scouts acceptèrent l’invitation de la famille Bisteau.

35_local_Bisteau

Ceux-ci mettaient à disposition de la troupe une grange plus grande et moins humide, située dans le bas de la rue de la Station en bordure de la ligne de chemin de fer.

Au moment de la scission de l’Unité en 1981 (ndlr: la scission eut lieu début 1980, la première réunion des Compagnons eut en effet lieu le 31 mai 1980), les Compagnons gardèrent la grange.

Les Scouts, eux, « retournaient à leurs premières amours » et étaient hébergés cette fois au premier étage de la Cure de Saintes chaleureusement accueillis par Pierre Delacroix, Curé de la paroisse dont beaucoup parmi nous se souviennent.

35_local_Cure

Les annexes trop vieilles et mal entretenues ne présentaient plus les garanties de sécurité indispensables.

Lorsque les Compagnons s’arrêtèrent (en 1986) et que les deux sections se réunifièrent, c’est la Cure qui fut gardée comme local.

Lentement et avec les moyens du bord, les anciennes chambres furent restaurées, décorées, aménagées,… Alors que les effectifs ne cessaient de croître.

En 1989, lorsque Pierre Delacroix se retira, de grands travaux furent entrepris pour préserver et restaurer ce superbe bâtiment. Les annexes, rasées firent place à un jardin plus grand, les locaux des Scouts retrouvèrent leur vocation première et redevinrent des chambres.

En guise de compensation, les Louveteaux et les Eclaireurs furent transférés dans un des garages situés sur le vieux cimetière.

Dix huit mètres carrés sans fenêtre, sans eau, ni électricité, ni sanitaire, ni chauffage,…et un peu de terre battue en guise de revêtement de sol…. Et tout ça pour 58 personnes…

35_local_Cimetiere

Le matériel plus chanceux, prenait, lui , la direction de Bierghes pour être entreposé dans une ancienne étable gracieusement mise à disposition.

Emu par cette situation inacceptable, le nouveau Curé de Saintes, Albert-Marie Demoitié trouva un toit digne de ce nom et relogea l’Unité dans une annexe du château de Poederlée ; annexe qu’elle partageait avec le service d’Entraide.

35_local_Poederle

Mais cette éclaircie fut de courte durée : en effet, au fur et à mesure que ce service s’agrandissait, c’est l’espace de l’Unité qui se rapetissait.

Une solution fut trouvée grâce, une nouvelle fois, à la famille Bisteau dont une des filles avait rejoint un des staffs ; les différentes sections de l’Unité purent enfin se reloger dans la grange de la ferme que l’Unité avait occupée près de 20 ans auparavant.

De petits travaux d’aménagement furent entrepris, chaque section ou presque disposait de son espace,…

Le rêve au vu des situations précédemment vécues.

Mais tous les rêves finissent par se terminer et le réveil mit les responsables une fois de plus face à leurs responsabilités.

Ensuite, grâce à la persévérance de Marc Debontridder (Musaraigne) , de Gilles Baussart (Mouche) et de Philippe Angillis (Castor), animateurs du moment, grâce aux contacts qu’ils nouèrent avec les décideurs locaux ainsi qu’avec certaines entreprises, ils aboutirent à la signature d’ un bail de longue durée pour l’occupation du vieux cimetière et à l’installation de trois roulottes de chantier qui, moyennant de légères adaptations, pourront accueillir les différentes sections de l’Unité.

35_local_Roulottes

L’association des parents, très active dans ce domaine, a sué sang et eau afin de transformer ces barraquements de chantier en un espace clair et convivial.

NDLR: Je coupe ici l’article de mon ami Puma, afin de l’actualiser…

Mais les roulottes se sont dégradées fort vite et il devenait dangereux, à part dans l’une d’entre elles, d’y tenir les réunions. Le matériel des Louveteaux fut entreposé à Lessines, et Vincent Vanhove (Ourson) mit sur pied avec quelques-uns l’asbl AD35, chargée d’engager un subside de la commune dans la mise en place de locaux dignes de ce nom. La suite se trouve dans la section sur l’AD35 et les locaux sont les Portakabins qui se trouvent actuellement sur la prairie.

NDLR: … et je lui rends la main pour la conclusion

N’oublions pas non plus notre terrain de jeu favori…

Lieu de rassemblement pour la première réunion de l’Unité en octobre 1971, il a connu une infinité de matchs de football, des « Hommes Noirs » endiablés, des chasses à l’homme mémorables et des millions de rassemblements, je veux parler du parc de la Cure…

35_local_ParcCure

Enfin, et ce serait faire preuve de bien peu de considération à leur égard, il nous faut remercier ici tous les Saintois, connus ou anonymes qui nous ont hébergés quand nous en avions besoin.

Merci à Yves pour sa salle des fêtes, qui nous accueille chaque année pour notre souper brochettes du mois d’octobre, merci à Martine « du coin » pour sa salle prêtée gracieusement lors des conseils d’Unité. Merci aux anciens propriétaires du « Vieux Saintes » pour les soirées de Noël, les visites de Saint-Nicolas, les arrivées des marches parrainées, les week-end muguet ou les réunions avec les parents.

Merci enfin aux cafetiers de Saintes, Martine, Bernard, Yves et Yves de nous avoir tolérés nombreux et joyeux, parfois fort tard, parfois trop tard…

Christophe « Puma » Butstraen.